La croissance? Oui, mais sans oublier la qualité

Le développement durable est fondé sur la croissance – à condition que celle-ci soit aussi synonyme de qualité. La Suisse devrait faire figure d’exemple en la matière, en misant sur l’innovation et l’ouverture d’esprit.

La croissance est essentielle pour assurer la prospérité et l’emploi en Suisse. Elle ne doit toutefois pas constituer un objectif en soi, mais un outil permettant d’atteindre un but. L’important n’est pas la quantité, mais la qualité de la croissance, car c’est elle qui favorise le développement durable et fait office de catalyseur d’innovation.

Pour y parvenir, une seule solution: dissocier croissance économique et consommation des ressources. Dans cette optique, il est impératif que les biens produits et demandés soient plus efficaces, plus propres et d’une qualité exceptionnelle. En d’autres termes: ils doivent répondre aux critères de l’innovation technologique propre. Pour le secteur économique, il s’agit d’un défi à relever, mais aussi ‒ et surtout ‒ d’une opportunité. Chez swisscleantech, nous sommes convaincus que grâce à l’excellence de ses Hautes écoles, à sa force d’innovation et à son dynamisme économique, la Suisse est prédestinée à devenir une pionnière du développement durable.

Aujourd’hui, les coûts liés à la pollution de l’air ou au bruit sont supportés par la collectivité et non par les responsables.

Le déclin de la biodiversité et les conséquences du changement climatique seront dramatiques si nous ne parvenons pas à réduire de façon drastique les émissions de CO2 à l’échelle mondiale. Nous avons les moyens et le devoir de trouver des solutions! A défaut, ce seront nos enfants et nos petits-enfants qui devront payer les pots cassés de notre désinvolture.

On me reproche souvent d’être trop optimiste et de cultiver une foi trop naïve dans le progrès technologique. Je suis pourtant convaincu qu’un changement de cap est possible. Toutes les études scientifiques montrent que le potentiel existe. Sa concrétisation nécessite du courage, un esprit visionnaire et des individus animés par une conviction inébranlable.

En tant qu’association économique d’orientation libérale, nous sommes convaincus que des règles simples, mais claires, fondées sur l’économie de marché permettraient de résoudre ces problèmes. Pour y parvenir, il est toutefois impératif d’adapter les prix en conséquence.

Aujourd’hui, les coûts liés à la pollution de l’air ou au bruit sont supportés par la collectivité et non par les responsables. Seule une répercussion de ces coûts sur le prix du marché constitue un facteur de motivation suffisant pour les diminuer.

Un prix adéquat permet également d’éviter l’effet rebond, que l’on observe lorsque les mesures d’efficacité ont pour effet global d’accroître la demande au lieu de réduire la consommation.

Cette dynamique ne peut être fondée sur le volontariat. Des directives cadres, comme les taxes d’incitation, doivent être mises en place. Malheureusement, une partie des responsables économiques et politiques continuent de s’opposer au tournant écologique de l’économie. Il s’agit pourtant d’une opportunité extraordinaire, car les investissements dans le domaine du développement durable créent de la valeur ajoutée et de l’emploi!

Les matières premières de la Suisse sont les idées et les innovations. L’innovation repose sur l’ouverture d’esprit. Voilà pourquoi nous avons besoin de collaborer avec les plus grands génies de ce monde, de chercher les meilleures idées, notamment dans les domaines de la formation et de la recherche.

Le repli sur soi et l’isolement sont délétères. C’est pourquoi swisscleantech rejette l’initiative Ecopop. Celle-ci n’apporte aucune réponse aux problèmes environnementaux. Elle prétend les régler en limitant l’immigration, afin que chacun puisse posséder une maison individuelle à la campagne. Quelle absurdité! Bien au contraire: l’initiative Ecopop tue dans l’œuf tous les efforts entrepris pour résoudre les problèmes environnementaux qui – ne l’oublions pas – ne se limitent pas à notre territoire.

Je ne veux pas d’une Suisse Ballenberg, qui se barricade et ne se soucie que de ses propres intérêts. J’aspire à une Suisse courageuse, compétitive et prometteuse, offrant une qualité de vie élevée à tous ses habitants. Une Suisse qui montre la voie en matière de développement durable.